Les Chroniques de Lucullus n°424

Publié dans Les chroniques.

plumeAmis gourmands bonjour,

J'avais annoncé une pause dans les publications le temps de l'été mais l'actualité aidant j'ai décidé de surseoir à cette décision.
 
La crème de marron en sursis
Connaissez vous le Cynips ? Non, et c'est bien dommage.
Le cynips est un insecte originaire de Chine qui est apparu en Europe au début des années 2000 et plus particulièrement dans la région de Coni en Italie qui avait sans doute importé des plans contaminés.
Depuis, il transmet une sorte de gale aux châtaigniers et notamment ceux de l'Ardèche, premier producteur hexagonal de châtaignes. Cette gale provoque la perte de 80 % de la production fruitière.
On comprend mieux l'émoi des producteurs.
Les mesures prises, et rendues obligatoire par décisions européennes, sont :
l'interdiction d'importation de plan de châtaigniers issus de régions contaminées
la destruction des plans contaminés
la lutte biologique par utilisation d'un insecte parasitoïde. (torysmus sinensis).
L'affaire étant sérieuse c'est toute l'Europe productrice de châtaignes qui prend des mesures sérieuses.
Source : le Dauphiné Libéré
 
Le burger est-il forcément synonyme de mal-bouffe ?
Revenons donc aux fondamentaux.
Qu'est ce qu'un hamburger ?
C'est une sorte de sandwich à la viande chaude accompagné d'une sauce et de légumes.
Si l'histoire fait remonter l'invention d'une nourriture rapide à base de viande haché aux Mongols de Gensis Khan, dans les années 1200. Le hamburger, quant à lui, est arrivé dans les valises des émigrants allemands aux USA au cours du 19ème siècle. Mais c'est en 1948 que les frères Mac Donald les proposent en self-service à leurs clients.
En Californie c'est à qui inventera le meilleur burger. Chacun y va de sa sauce "home made".
L'engouement est immédiat et il est maintenant planétaire.
Il est le synonyme malheureux de le mal-bouffe.
Pourquoi cet historique ?
A cause d'un article dans le Populaire du Centre annonçant l'arrivée du Sostra'burger dans le Limousin.
A l'annonce de l'arrivée de Mac Donald dans la zone de Prade à la Souterraine, le sang de Fabrice Chanard, Éric Gaulier et Christophe Page n'a fait qu'un tour.
Si les habitants du coin veulent des burgers pourquoi passer par des sociétés étrangères ?
On peut faire mieux et local.
L'idée a été de créer quelque chose à partir de produits issus de fournisseurs locaux.
C'est Fabrice Chanard boulanger qui a conçu le pain à partir de farine de blé et de châtaigne mais également de morceaux de châtaignes et de lait.
La viande vient de chez Christophe le boucher, c'est une viande 100 % limousine.
La recette est celle d'Eric, restaurateur de son état qui a incorporé cèpes et girolles cuisinés à la préparation.
C'est donc une affaire de copains et de spécialistes qui comptent bien pérenniser leur invention.
Pour 8€50 vous avez depuis le 21 juillet, un burger local de grande qualité.
De quoi se réconcilier avec le sandwich à la viande chaude.
Il est a noter que les 3 grands types de nourriture rapide (hamburger, fishburger et hot-dog) sont tous originaires d'Allemagne.
Le Hamburger vient de la ville d'Hambourg,
le Fishburger aussi appelé Bremer vient de Brème
le Hot-dog originellement désigné sous appellation de Frankfurter vient de Francfort-sur le Main avec ses fameuses saucisse de Francfort.
Source : Le Populaire
 
Pour le riz rien de risible et le riziculteur rit jaune.
Les députés européens ont décidé de revoir à la baisse les subventions à l'agriculture.
Cela concerne notamment la production de riz et cela inquiète beaucoup les riziculteurs italiens (52 % de la production européenne) qui de ce fait craignent la concurrence asiatique (Cambodge, Birmanie) dans ce domaine.
On pourrait croire que l'enjeu n'est que financier (part de marché et jeu de la concurrence). Il n'en est rien.
Il est aussi gastronomique car dans le monde seul l'Italie produit les riz de la variété Japonica aux grains ronds comme l'Arborio, le Baldo ou encore le Carnaroli emblème du risotto à l'italienne.
Ce risotto, qui est un des symboles majeurs de la gastronomie italienne, se retrouve de ce fait en danger car outre la baisse des subventions, aucune mesure n'a été prise pour protéger ce type de riz (AOC, AOP..)
Cependant le vrai enjeu économique se situé autour du type Indica à grains longs qui est une des bases de l'alimentation mondiale, mais là on dépasse le cadre gastronomique pour atteindre le cadre financier.
Afin de prendre toute la mesure de la question, le riz sera notamment le symbole de l'italianité lors de l'exposition universelle de Milan en 2015 et le "risotto ala milanese" le plat officiel.
La dernière édition de la Biteg, la Bourse internationale du tourisme oenogastronomique qui s’est tenue en mai 2014 à Novara, a été dédiée à la filière rizicole.
Source : Courrier international
 
Sur ces quelques mots je vous souhaite un excellent été et d'excellentes vacances.
Gastronomiquement Votre, Lucullus
Commentaire (0) Clics: 56