Les Chroniques de Lucullus n°433

Publié dans Les chroniques.

plumeAmis gourmands bonjour,

Grosses exploitations (les vaches)
Ces derniers temps, on parle beaucoup dans la presse, de la fameuse ferme aux 1000 vaches située dans la Somme.

Faisons une sorte de bilan au delà des tensions politiques et sans jugement.

Ce genre de ferme est unique !
Non, ce genre de fermes existe aux Pays-bas, en Allemagne , au Danemark et fonctionne plutôt bien.
Alors pourquoi pas en France ?

Les opposants disent que les vaches seront toujours enfermées !
C'est vrai, comme dans la majorité des fermes où les vaches vivent en étable (stabulation) toute l'année.

Question pollution la crainte concerne les nappes phréatiques.
Dans le projet présenté et qui fonctionne déjà, il y a un méthaniseur, ou digesteur, de 1,3 mégawatts. Le méthane ainsi récupéré permet de créer de l'électricité.

Le bilan carbone est contesté par le flux incessant de camions venant approvisionner cette ferme
Certes le nombre de camions va grandissant mais il en faut autant pour alimenter les autres fermes travaillant en stabulation (élevage dans les étables).

Risques sanitaires
Là aussi certains opposants craignent l'augmentation du risque d'épizootie du fait de la concentration des animaux.
Techniquement c'est vrai sauf que si l'on regarde les fermes industrielles à l'étranger, elles ne sont pas atteintes par ce genre de soucis. On est largement capable dans notre pays d'assurer un suivi sanitaire correct. Le risque est chez l'éleveur qui pourrait voir son troupeau euthanasié.

1000 vaches c'est beaucoup !
Oui, c'est même énorme si l'on considère les autres fermes cependant il n'y a que 500 vaches laitières. Les autres bovins sont des génisses et des veaux. La capacité est cependant de 1000 laitières. C'est le gouvernement sous la pression (légitime) de groupes politiques qui en a limité le nombre, prenant le risque de laisser cette entreprise sous le seuil de rentabilité et donc de pérennité.

Source : le Monde, la Voix du Nord et le Figaro
 
Grosses exploitations (tomates)
27 millions d'euros investis pour 44 hectares dont 17 de serres de 6 mètres de haut
Le SIL(Syndicat Inter-communautaire du Littoral) a signé un protocole d'accord pour fournir de la chaleur aux "Jardiniers charentais".

De quoi s'agit -il ?
Il s'agit de la construction d'un ensemble de serres qui va permettre la culture de la tomate hors sol.
L'idée de base était d'utiliser les "énergies fatales" produites par l'incinérateur d'ordures qui est en construction.
En effet les tomates sous serres sont grosses consommatrices d'énergie.

La production prévue est de 9000 tonnes à l'année pour le marché français sachant que 40% des tomates sont importées.
Il est prévu d'embaucher 150 salariés dont 60% de CDI.

Dans cette affaire il semblerait que le partenariat ville-entrepreneur fonctionne même si nos amis écologistes locaux sont encore contre.

Source : Sud ouest

Y a t-il de bons OGM et de mauvais OGM
Depuis toujours ma position est double.
Le mauvais OGM c'est celui qui permet de rendre résistant une plante au désherbant . C'est le cas générique des OGM Monsanto.

Le bon OGM c'est celui qui permet une réelle avancée technique.
Il y en a pour le riz afin de le rendre moins gourmand en eau et d'autres notamment pour le maïs afin de combattre la pyrale qui peut détruire une production.

L'article cité en référence donne l'exemple d'un producteur de maïs, et d'orge Espagnol.
Sans être un spécialiste, le cas me semble intéressant.

Pour un coût identique ou presque ce producteur peut réaliser l'ensemble de ses récoltes de façon optimale.
L'article référence étant assez technique je ne m'étendrai pas outre mesure sur le sujet car je serai obligé de le reproduire.
Il donne aussi des exemples et des chiffres précis sur la situation espagnole.

Dans le bas de la page d'autres articles concernant les différentes méthodes de lutte contre cette chenille.
Source : www.terre-net.fr

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine
Gastronomiquement Votre, Lucullus

Amis gourmands bonjour,

Ce que j'aime bien en France c'est qu'il se passe toujours quelque chose qui a trait aux terroirs, à l'alimentation en général ou aux plaisirs liés à celle-ci. Je ne cesse de m'émerveiller de cette constante chez mes compatriotes.

 

On est les champions... de la dégustation de vins à l'aveugle.

Ce samedi à la maison Bollinger en Champagne, 18 équipes venues du monde entier, dont la Chine, se sont affrontées dans une compétition pendant laquelle il fallait reconnaître 12 crus présentés à chaque équipe.

Le challenge consistait à discerner les caractéristiques des vins selon 5 critères :

Le cépage principal, le pays de production, l'appellation, le producteur et le millésime.

 

Parmi les 12 crus issus du monde entier 4 étaient des crus français.

 

C'est une équipe d'amateurs de Toulouse que a obtenu les meilleurs résultats en réussissant à discerner les 5 critères pour 3 des vins présentés.

Le patron de l'équipe, Jean-Michel Perrussan, dit s'entraîner toutes les semaines avec ses amis du club d'amateurs.

 

La prochaine édition, la 4ème, devrait avoir lieu en octobre prochain à Chateauneuf-du-Pape dans le Vaucluse.

Source : L'union l'Ardennais

http://www.lunion.presse.fr/accueil/la-france-est-championne-du-monde-de-degustation-de-vin-a-ia0b0n425792

 

Pêche au gros dans nos rivières

A votre avis quel est le plus gros poisson que l'on puisse pêcher dans nos cours d'eau ?

Le brochet peut être ?

Vous n'y êtes pas, il faut chercher beaucoup plus gros, plus gros encore que l'esturgeon.

C'est le silure. Ce gros poisson vit vieux et c'est parfaitement adapté à notre climat.

On le retrouve notamment dans la Saône

Le record en France a été pêché par Jeremy Lorton en 2004. 2m56 pour 110 kg.

A vos canne à pêche...

Source : l'Est républicain

http://www.estrepublicain.fr/haute-saone/2014/10/20/le-silure-nouveau-poisson-trophee

 

Le Sial s'est ouvert jusqu'au 23 octobre

Le Sial c'est le Salon international de l'alimentation.

C'est à Villepinte en région parisienne que ce tient cet événement majeur relatif à l'almentation.

 

Là encore malgré une concurrence acharnée le savoir faire français en matière d'alimentation tient encore le haut du pavé. Certes les nouvelles méthodes de consommation, comme le très angl-saxon snacking, font du tort aux restaurants et donc à la gastronomie. Pour autant, notre art de vivre fait toujours de très nombreux adeptes dans le monde entier et le nombre de ceux ci est en constante augmentation.

 

Source : L'alsace

http://www.lalsace.fr/actualite/2014/10/20/dans-l-assiette-le-label-france-resiste-a-la-concurrence

 

Bonne initiative

Au puy en Velay les pâtissiers se sont mis à l"oeuvre pour aider l'association les nez rouges qui vient voir et distraire les enfants hospitalisés.

Une tarte géante de 19,2 m² a été réalisée -(6 mètre de long pour 3,2 m de large). La tarte géante du club des Chocolatier Pâtissiers de Haute-Loire a toute les chances de rentrer au Guinness des Records

La tarte a été divisée en 1200 parts vendues 10 € l'unité.

 

Source:La Montagne

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/haute-loire/2014/10/19/le-record-du-monde-de-la-tarte-geante_11187899.html

 

La Confrérie des Amis de Lucullus

Ce samedi une partie de la confrérie s'est retrouvée pour fêter "La balade du Terroir en Essonne".

Pas moins de 26 producteurs et artisans de l'Essonne ouvraient leurs portes au public.

 

Nous en avions choisi 2 d'entre eux.

Le matin nous avons visité la Brasserie artisanale Parisis à Epinay sous Sénart où l'on nous a expliqué en détail toute la procédure de fabrication d'une bière artisanale, qu'elle soit blonde, ambrée ou blanche. Bien évidemment nous avons interrogé notre hôte sur les produits utilisés pour ses réalisations, son houblon, ses malts, son eau, ses levures.

Ce fut très enrichissant intellectuellement et très agréable lors de la dégustation.

 

Après un repas sympathique dans une crêperie, nous nous sommes dirigés à la ville d'à côté.

 

C'est à Yerres que nous avons visité l'entreprise "Macarons gourmands" qui comme son nom l'indique n'est pas une charcuterie.

Tout comme à la brasserie, les produits et ingrédients de base nous ont été présentés avant une démonstration de réalisation et de mise en place. Pour finir une dégustation des plus agréable nous fut proposée.

Ce fut l'occasion de découvrir un monde nouveau de saveurs comme le macaron au pain d'épice et foie gras ou encore celui au Mojito

 

La prochaine balade du Terroir en Essonne aura lieu fin mars 2015

Le programme est déjà publié sur www.terroir-essonne.com ou sur www.facebook.com/terroir91 .

 

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine.

Gastronomiquement Votre, Lucullus

 

Commentaire (0) Clics: 28