Les Chroniques de Lucullus n°571

Publié dans Les chroniques.

plume Amis gourmands bonjour,
Avec le confinement c'est l'heure de se mettre à la cuisine
La terrible épidémie qui sévit sur notre planète nous oblige à rester cloîtré chez nous ou peu s'en faut. L'épreuve est de taille car nous ne sommes pas habitués à ce genre de situation. Les plus anciens peuvent se référer aux dires de leurs parents lors de la 2ème guerre mondiale. Car, là aussi, il s'agit de faire la guerre et de la gagner. L'ennemi est discret, secret, et frappe fort. Il ne faut pas rajouter le drame au drame. Déjà on entend parler de-ci de-là de troubles, de vols, de pillages et de marché noir.

Pour autant est-ce une raison pour s'abandonner à la mélancolie, à la détresse, à la résignation ? Evidemment non !  "Show must go on" dit-on dans la langue de Shakespeare et en langue de Molière, la vie doit continue et j'ajouterai même qu'elle doit le faire. A quelque chose, malheur est bon. Ce confinement est le moment idéal pour créer ou recréer du lien familial et quoi de plus familial que le repas, assis ensemble autour d'une table garnie.

Le repas, justement , il faut le préparer. Les unes ouvriront des boites ou réchaufferont des plats hyper-transformés. Les autres, ceux qui ont un peu de jugeote, prendront le temps, puisqu'ils en ont, de confectionner des repas dignes de ce nom. C'est le moment de compulser les livres de cuisine qui sont sur l'étagère, de ressortir le cahier où sont inscrites les recettes de maman et de grand-maman. Il y a des trésors à découvrir et redécouvrir.

Ce confinement est aussi un moment pour donner une nouvelle dimension à l'éducation de nos enfants. L'éducation au goût doit en faire des femmes et des hommes sachant ce qui se trouve dans leur assiette, sachant manger correctement et sainement. Bien sûr, selon les consignes, on ne peut pas se rendre ensemble aux commerces pour faire ses emplettes mais rien n'interdit ensuite, dans la maison, de se réunir à la cuisine pour préparer le repas de la maisonnée.

Je me souviens, dans ma prime jeunesse, je faisais souvent mes devoirs à la cuisine sous l’œil attentif de maman qui préparait le repas du soir. Des odeurs suaves emplissaient l'espace et me donnaient l'eau à la bouche. Petit à petit je me suis intéressé à ce qu'elle faisait et elle répondait à mes questions, puis elles les a anticipées en  me donnant parfois un couteau pour l'aider à éplucher des légumes. Elle revenait , à la saison, avec des petits pois ou des haricots qu'il fallait écosser ou équeuter. J'ai appris les légumes et leur saisonnalité, j'ai appris à faire un roux pour créer une sauce. Ce sont des gestes simples mais importants. Le repas prend alors une savoir particulière quand on a participé à sa mise en œuvre. Regarder la famille se régaler de ses préparations apporte un bien être qui va au-delà de la simple satisfaction du travail bien fait. La cuisine c'est donner du plaisir et de l'amour à ceux qu'on convie à sa table.

Faire la cuisine c'est aussi respecter le labeur quotidien permettant d'acheter les ingrédients nécessaires à la réalisation du repas. On ne jette rien. Vous viendrait-il à l'esprit de jeter des pièces et des billets à la poubelle ? Non bien sûr ! En jetant de la nourriture c'est ce que vous faites et pire encore c'est un manque de respect pour vous même et votre famille mais aussi pour l'agriculteur ou l'artisan qui l'a produite. Mais je ne suis pas là pour culpabiliser les gens. Revenons à l'éducation.

Ce confinement est donc l'occasion unique de souder la famille autour du repas. Vos enfants s'ennuient ? Dites leur de venir vous aider. Faites les participer. Les enfants, surtout les tout petits, aiment mettre les mains à la pâte. Justement c'est le moment de réaliser de bons gâteaux ou desserts qui enchanteront la maison. Vous les verrez fiers, plus tard,  d'expliquer que ce sont eux qui ont fait le gâteau. Si vous avez une machine à pâtes c'est le moment de les laisser tourner la manivelle du laminoir. C'est aussi le moment de leur expliquer les sauces, de leur montrer qu'une vraie sauce ne sort pas d'une bouteille faite en usine. Un mélange de beurre et de farine est la base essentielle de presque toutes les sauces et cela n'est pas compliqué à faire. De très grands cuisiniers dont le très célèbre Escoffier le disent très clairement. La cuisine française c'est la sauce.

Beurre+ farine + lait c'est une béchamel. Beurre + farine + bouillon c'est une sauce blanche. Le bouillon, certes il y a les cubes mais si vous faites une poule, un pot au feu, une viande bouillie vous avez là la base du bouillon. Il suffit alors de le laisser refroidir pour voir la graisse remonter à la surface pour pouvoir l'alléger en l'ôtant. Vous pouvez le garder au congélateur pendant des mois. Un bon bouillon avec des petits vermicelles, voilà un repas du soir revigorant. Si vous choisissez des pâtes en forme de lettres les enfants mangeront la soupe sans rechigner.

En leur apprenant les gestes simples de la cuisine, vous leur apprendrez qu'elle n'est pas une corvée mais un geste essentiel pour préserver sa santé en mangeant correctement, en se faisant plaisir et en donnant du plaisir. Même seul à la maison on peut cuisiner sans complication. On a souvent l'image des émissions culinaires entre professionnels qui réalisent des plats très élaborés mais il faut bien comprendre que ce n'est pas de la cuisine ménagère mais celle de chefs en compétition. Même dans leurs restaurants parfois étoilés ils ne font pas ce genre de plats. Il ne faut pas avoir de complexes, se dire on n'y arrivera jamais, car jamais vous n'aurez à faire ce genre de préparations sauf à devenir professionnel vous même.

La cuisine ménagère c'est souvent du bon sens et toujours de la simplicité. C'est faire le repas avec ce que l'on a en chez soi. Chez soi on a toujours ou on devrait toujours avoir les éléments de base à la réalisation d'un repas. Du riz, des pâtes, des pommes de terres, quelques légumes de saison, du beurre, de la farine, du lait, des oignons, de l'ail éventuellement des échalotes, des œufs bien sûr, du sel et du poivre, voilà l'essentiel. Vous pouvez agrémenter le tout de quelques boîtes de conserve de légumes au naturel ou des légumes crus surgelés. Vous pouvez, selon le contenu de vos placards, ajouter des épices. Qui dans ses placards n'a pas de boîtes de thon, de sardines, de maquereaux… avec une boite de tomates pelées au jus, un classique des réserves, on peut faire une bonne sauce tomate. Il suffit d'en mixer le contenu et de la passer au-dessus d'une casserole puis de l'assaisonner selon votre goût et de faire réduire doucement. Avec cela vous pouvez faire des miracles insoupçonnés en y ajoutant un peu de viande ou de poisson .

On reproche à la cuisine d'être trop longue à faire. Confiné, vous n'avez plus l'excuse, réelle ou exagérée, du temps trop long. D'ailleurs c'est une fausse excuse car on 'est pas obligé de rester devant une casserole ou un plat au four.

Il faut parfois un peu d'astuce quand on cuisine. Vous n'avez pas de rouleau à pâtisserie ? Vous avez certainement une bouteille en verre qui fera aussi bien une fois l'étiquette ôtée. Vous envisagez de faire une belle préparation mais vous n'avez pas de cercle ou d'emporte-pièce ? Qu'à cela ne tienne, vous avez bien des boites de conserves grandes ou petites. Elles feront de bons emporte-pièce. Une fois vidées et ouvertes des deux côtés vous avez des cercles de présentation fort convenables.

Alors n'ayez  pas peur de vous lancer même si vos premiers essais ne vous semblent pas probants. C'est en forgeant qu'on devient forgeron, c'est en cuisinant qu'on apprend à le faire. Ayez de l'imagination, ce confinement peut être l'occasion de découvrir de nouvelles saveurs.

Et surtout rassurez-vous, cela ne va pas durer 5 ans mais quelques semaines.

Sur ces quelques mots je vous dis à bientôt.
Gastronomiquement Votre, Lucullus
 

Amis gourmands bonjour,

Ce que j'aime bien en France c'est qu'il se passe toujours quelque chose qui a trait aux terroirs, à l'alimentation en général ou aux plaisirs liés à celle-ci. Je ne cesse de m'émerveiller de cette constante chez mes compatriotes.

 

On est les champions... de la dégustation de vins à l'aveugle.

Ce samedi à la maison Bollinger en Champagne, 18 équipes venues du monde entier, dont la Chine, se sont affrontées dans une compétition pendant laquelle il fallait reconnaître 12 crus présentés à chaque équipe.

Le challenge consistait à discerner les caractéristiques des vins selon 5 critères :

Le cépage principal, le pays de production, l'appellation, le producteur et le millésime.

 

Parmi les 12 crus issus du monde entier 4 étaient des crus français.

 

C'est une équipe d'amateurs de Toulouse que a obtenu les meilleurs résultats en réussissant à discerner les 5 critères pour 3 des vins présentés.

Le patron de l'équipe, Jean-Michel Perrussan, dit s'entraîner toutes les semaines avec ses amis du club d'amateurs.

 

La prochaine édition, la 4ème, devrait avoir lieu en octobre prochain à Chateauneuf-du-Pape dans le Vaucluse.

Source : L'union l'Ardennais

http://www.lunion.presse.fr/accueil/la-france-est-championne-du-monde-de-degustation-de-vin-a-ia0b0n425792

 

Pêche au gros dans nos rivières

A votre avis quel est le plus gros poisson que l'on puisse pêcher dans nos cours d'eau ?

Le brochet peut être ?

Vous n'y êtes pas, il faut chercher beaucoup plus gros, plus gros encore que l'esturgeon.

C'est le silure. Ce gros poisson vit vieux et c'est parfaitement adapté à notre climat.

On le retrouve notamment dans la Saône

Le record en France a été pêché par Jeremy Lorton en 2004. 2m56 pour 110 kg.

A vos canne à pêche...

Source : l'Est républicain

http://www.estrepublicain.fr/haute-saone/2014/10/20/le-silure-nouveau-poisson-trophee

 

Le Sial s'est ouvert jusqu'au 23 octobre

Le Sial c'est le Salon international de l'alimentation.

C'est à Villepinte en région parisienne que ce tient cet événement majeur relatif à l'almentation.

 

Là encore malgré une concurrence acharnée le savoir faire français en matière d'alimentation tient encore le haut du pavé. Certes les nouvelles méthodes de consommation, comme le très angl-saxon snacking, font du tort aux restaurants et donc à la gastronomie. Pour autant, notre art de vivre fait toujours de très nombreux adeptes dans le monde entier et le nombre de ceux ci est en constante augmentation.

 

Source : L'alsace

http://www.lalsace.fr/actualite/2014/10/20/dans-l-assiette-le-label-france-resiste-a-la-concurrence

 

Bonne initiative

Au puy en Velay les pâtissiers se sont mis à l"oeuvre pour aider l'association les nez rouges qui vient voir et distraire les enfants hospitalisés.

Une tarte géante de 19,2 m² a été réalisée -(6 mètre de long pour 3,2 m de large). La tarte géante du club des Chocolatier Pâtissiers de Haute-Loire a toute les chances de rentrer au Guinness des Records

La tarte a été divisée en 1200 parts vendues 10 € l'unité.

 

Source:La Montagne

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/haute-loire/2014/10/19/le-record-du-monde-de-la-tarte-geante_11187899.html

 

La Confrérie des Amis de Lucullus

Ce samedi une partie de la confrérie s'est retrouvée pour fêter "La balade du Terroir en Essonne".

Pas moins de 26 producteurs et artisans de l'Essonne ouvraient leurs portes au public.

 

Nous en avions choisi 2 d'entre eux.

Le matin nous avons visité la Brasserie artisanale Parisis à Epinay sous Sénart où l'on nous a expliqué en détail toute la procédure de fabrication d'une bière artisanale, qu'elle soit blonde, ambrée ou blanche. Bien évidemment nous avons interrogé notre hôte sur les produits utilisés pour ses réalisations, son houblon, ses malts, son eau, ses levures.

Ce fut très enrichissant intellectuellement et très agréable lors de la dégustation.

 

Après un repas sympathique dans une crêperie, nous nous sommes dirigés à la ville d'à côté.

 

C'est à Yerres que nous avons visité l'entreprise "Macarons gourmands" qui comme son nom l'indique n'est pas une charcuterie.

Tout comme à la brasserie, les produits et ingrédients de base nous ont été présentés avant une démonstration de réalisation et de mise en place. Pour finir une dégustation des plus agréable nous fut proposée.

Ce fut l'occasion de découvrir un monde nouveau de saveurs comme le macaron au pain d'épice et foie gras ou encore celui au Mojito

 

La prochaine balade du Terroir en Essonne aura lieu fin mars 2015

Le programme est déjà publié sur www.terroir-essonne.com ou sur www.facebook.com/terroir91 .

 

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine.

Gastronomiquement Votre, Lucullus

 

Commentaire (0) Clics: 93